La Fin Est-Elle Proche ?

Guilhem Savry
Head of Macro and Dynamic Allocation, Cross Asset Solutions

Unigestion Adaptive 10

Une Stratégie Global Macro


>> En savoir plus sur notre Stratégie Global Macro
>> Adaptive Strategy Profile

Le premier semestre de l’année 2022 s’est terminé de manière très négative pour les marchés financiers, les banques centrales durcissant agressivement leur politique alors que les économies s’affaiblissent. Par le passé, tout signe de ralentissement notable dans le monde développé était accueilli et résolu par le fameux « put » de Greenspan, une solution rapide et pratique pour calmer les marchés et relancer l’économie via une baisse des taux ou un assouplissement quantitatif, ou une combinaison des deux. Cette fois-ci, c’est bien différent, car l’inflation galopante a essentiellement lié les mains des politiques, qui tentent maintenant désespérément de rattraper l’inflation qu’ils ont déclenchée en maintenant les taux trop bas pendant trop longtemps. Cette situation a effrayé les marchés, entraînant une baisse généralisée des actions et des obligations. En juin, cependant, le thème de la récession a fait son retour, comme en témoignent certaines rotations distinctes entre et au sein des classes d’actifs. Bien que les marchés commencent à pricer un ralentissement de l’inflation ainsi que l’attitude hawkish des banques centrales, nous n’avons pas encore atteint les plus bas des marchés actions qui nous inciteraient à renouer avec le risque.


 

So Near and Yet So Far

Fred Astaire & Rita Hayworth, 1941





Et Maintenant ?

Un « derisking » ordonné mais massif…

Pour la première fois depuis mars 2020, les trois principales classes d’actifs – actions, obligations et matières premières mondiales – ont enregistré des rendements mensuels négatifs sur la même période. En juin, le MSCI AC a perdu -7,8%, le Barclays Global Aggregate -1,9% et l’indice Bloomberg Commodities -7,2%. Il s’agit d’un événement rare qui ne s’est produit que 26 fois depuis 1990, soit moins de 10 % du temps. Les actions mondiales réagissant généralement à une prime de croissance positive, les matières premières à une prime d’inflation croissante et les obligations souveraines à un risque de récession plus élevé, leurs performances respectives en juin remettent en question le scénario macroéconomique qui avait justifié jusqu’à présent le réajustement des prix du marché.

Selon nous, le resserrement des conditions financières et les hausses surprises des principales banques centrales, comme les 75 points de base de la Fed ou les 50 points de base de la BNS (avant même la BCE), ont contribué à ce deleveraging massif des investisseurs. De plus, alors que le marché se concentrait principalement sur les changements de taux d’intérêt, juin marque également le premier mois de QT mis en œuvre par la Fed. En conséquence, la baisse de la liquidité dans le système a eu deux conséquences : 1) un arrêt brutal des stratégies ou des actifs ayant le plus fort levier, comme le complexe crypto, où le bitcoin a chuté de 40% en un mois, ou l’indice SPAC qui a dégringolé de -9,6% ; 2) une rupture de la stabilité des corrélations entre les actifs, impactant ainsi le bienfait de la diversification. Par exemple, l’indice S&P Risk Parity 10% a perdu -6,6% en juin, soit sa pire performance mensuelle depuis mars 2020 et la sixième plus mauvaise performance jamais enregistrée. Comme l’illustre la figure 1, le deuxième trimestre 2022 a été l’un des pires en termes de mouvements sigma pour les classes d’actifs liquides (19 actifs comprenant les principaux indices d’actions, d’obligations, de crédit et de matières premières + les principales devises par rapport à l’USD).

Figure 1 : Mouvements à un sigma des principaux actifs

Source : Bloomberg, Unigestion, au 30 juin 2022 (19 instruments, dont les principaux indices mondiaux d’actions, d’obligations et de crédit, les matières premières et les principales devises).

Selon nous, le manque de dispersion au sein et entre les actifs en juin par rapport aux mois précédents de l’année confirme la thèse du deleveraging, et que dans un tel contexte, la réduction des expositions est le meilleur moyen de limiter les pertes.

… entraînant une réaction timide de la volatilité

Enfin et surtout, le VIX et le VVIX n’ont pas réagi malgré les turbulences du marché. Le VIX n’a que légèrement augmenté de 3,2 points pour atteindre 29,4, après avoir gagné 12,8 points en avril, lorsque les actions mondiales ont chuté de -8 %, une perte similaire à celle enregistrée en juin. Le positionnement défensif des stratégies systématiques et flexibles et le manque de demande de couvertures en raison de leurs coûts élevés sont les principales raisons de cette réaction inhabituelle du complexe de volatilité. Selon nous, à ces niveaux, les marchés de la volatilité décomptent une grande partie de la baisse et offrent une faible sensibilité et un faible effet de levier à la faiblesse du marché.

Figure 2 : S&P500 vs indice futur VIX (inversé)

Sources: Bloomberg, Unigestion. Data as at 30.06.2022.

Les éléments requis pour un plancher sur les actions

Au cours des six premiers mois de l’année, les actifs risqués ont subi une forte correction, intégrant des taux d’intérêt plus élevés, comme le reflète l’augmentation de la prime d’inflation. Néanmoins, nous avons observé une divergence dans la réévaluation des actifs orientés vers la croissance entre les crédits à haut rendement et les actions. L’association d’une baisse de la liquidité, d’une inversion de l’expansion du bilan des banques centrales et d’une hausse des taux nominaux a entraîné un élargissement des spreads des crédits à haut rendement et, bien qu’ils soient encore bien inférieurs à leur pic de la COVID, ils ont atteint les niveaux observés pour la dernière fois lors du ralentissement de fin 2018 (figure 8).

Figure 3 : Spreads HY américains vs. PE estimés du S&P500 (percentile)

Sources : Bloomberg, Unigestion. Données au 30.06.2022

Plus important encore, et à la différence des actions, où les sorties récentes ont à peine entamé les forts flux post-pandémie, environ 75 % des flux post-Covid vers le HY se sont inversés. Historiquement, les marchés des spreads de crédit devancent les marchés actions en matière de pricing de la récession. Par conséquent, nous attendrons que les éléments suivants se produisent considérer que les actions ont atteint un plancher et de réengager le risque dans nos portefeuilles diversifiés :

  • Diminution des anticipations d’inflation : Les banques centrales ne reviendront pas sur leur position hawkish tant que l’inflation ne sera pas maîtrisée. Cela signifie que nous devrons voir les augmentations mensuelles passer d’une fourchette de 0,5 à 0,7 % à 0,2 à 0,3 %.
  • Correction des prévisions de bénéfices : les prévisions actuelles de croissance des bénéfices pour 2022 sont positives et encore trop élevées. L’histoire montre qu’une récession entraîne une baisse de 15 % des bénéfices.
  • Flux sortants et une capitulation du VIX : contrairement aux obligations, qui ont connu des sorties importantes cette année, les flux d’actions ont ralenti mais restent positifs depuis le début de l’année. Nous prévoyons des flux sortants après la publication des résultats du deuxième trimestre et un pic du VIX à 40 qui pourrait marquer la capitulation et la dernière phase du marché baissier.
  • Nous pensons qu’un pic de normalisation de la politique monétaire équivaudra à une courbe américaine 2-10Y plate et des taux nominaux à 3,5 %, associés à une croissance négative des bénéfices pour 2022 qui pousserait le SP500 à 3400/3500, soit 15 % de moins que les niveaux actuels et 35 % de moins que le sommet historique. Cela devrait se traduire par un VIX supérieur à 35, ce qui signifierait un meilleur rapport risque/récompense pour les actions et les obligations, car la plupart des risques de récession et le choc inflationniste seraient alors pricés.

Unigestion Nowcasting

World Growth Nowcaster

World Inflation Nowcaster

Market Stress Nowcaster

Changement hebdomadaire

  • La semaine dernière, notre Nowcaster de croissance mondiale a légèrement baissé suite à un nouveau ralentissement de la croissance aux US et en Europe, tandis que les données chinoises se sont améliorées.
  • Notre Nowcaster de l’inflation mondiale a légèrement baissé avec un relâchement des pressions inflationnistes aux Etats-Unis et dans la zone euro.
  • Les tensions sur le marché se sont accrues la semaine dernière, la liquidité s’étant encore détériorée.

Sources : Unigestion, Bloomberg, au 04 juillet 2022.


Informations Importantes

Ce document vous est fourni à titre confidentiel et ne doit pas être distribué, publié, reproduit ou divulgué, en tout ou en partie, à toute autre personne.

Les informations et les données présentées dans ce document peuvent traiter de l’activité générale du marché ou des tendances du secteur, mais ne doivent pas être considérées comme des prévisions, des recherches ou des conseils d’investissement. Il ne s’agit pas d’une promotion financière et ne constitue pas une offre, une sollicitation ou une recommandation de quelque nature que ce soit d’investir dans les stratégies ou dans les véhicules d’investissement auxquels il fait référence. Certaines des stratégies d’investissement décrites ou évoquées dans le présent document peuvent être considérées comme des investissements à haut risque et difficilement réalisables, susceptibles de subir des pertes substantielles et soudaines, y compris la perte totale de l’investissement.

Les vues d’investissement, les opinions ou les analyses économiques et de marché exprimées dans ce document présentent le jugement d’Unigestion à la date de publication sans tenir compte de la date à laquelle vous pouvez accéder à l’information. Il n’y a aucune garantie que ces vues et opinions exprimées seront correctes et elles ne prétendent pas être une description complète des titres, marchés et développements auxquels il est fait référence. Toutes les informations fournies ici sont susceptibles d’être modifiées sans préavis. Dans la mesure où ce rapport contient des déclarations concernant l’avenir, ces déclarations sont prospectives et soumises à un certain nombre de risques et d’incertitudes, y compris, mais sans s’y limiter, l’impact des produits concurrents, les risques d’acceptation par le marché et d’autres risques.

Les données et les informations graphiques contenues dans le présent document sont fournies à titre indicatif uniquement et peuvent provenir de sources tierces. Bien que nous estimions que les informations obtenues de sources publiques et tierces sont fiables, nous ne les avons pas vérifiées de manière indépendante et nous ne pouvons donc pas garantir leur exactitude ou leur exhaustivité. En conséquence, aucune déclaration ou garantie, expresse ou implicite, n’est ou ne sera faite par Unigestion à cet égard et aucune responsabilité n’est ou ne sera acceptée. Sauf indication contraire, la source est Unigestion. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Tout investissement comporte des risques, y compris la perte totale pour l’investisseur.

Unigestion SA est autorisée et réglementée par l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA). Unigestion (UK) Ltd. est autorisée et réglementée par la Financial Conduct Authority (FCA) britannique et est enregistrée auprès de la Securities and Exchange Commission (SEC). Unigestion Asset Management (France) S.A. est autorisée et réglementée par l’Autorité des Marchés Financiers (AMF). Unigestion Asset Management (Canada) Inc, dont les bureaux sont situés à Toronto et à Montréal, est enregistrée en tant que gestionnaire de portefeuille et/ou courtier sur le marché dispensé dans neuf provinces du Canada et également en tant que gestionnaire de fonds d’investissement en Ontario et au Québec. Son principal organisme de réglementation est la Commission des valeurs mobilières de l’Ontario (CVMO). Unigestion Asset Management (Düsseldorf) SA est co-régulée par l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) et la Bundesanstalt für Finanzdienstleistungsaufsicht (BAFIN).

Unigestion Adaptive 10

Une Stratégie Global Macro


>> En savoir plus sur notre Stratégie Global Macro
>> Adaptive Strategy Profile