Les marchés développés et émergents divergent

Unigestion Adaptive 10

Une Stratégie Global Macro


>> En savoir plus sur notre Stratégie Global Macro
>> Adaptive Strategy Profile

Bien que la reprise mondiale s’accélère et s’étende à toutes les composantes économiques que nous suivons, des divergences se creusent. La plus importante d’entre elles est l’écart entre les économies développées et émergentes : un policy mix favorable, le déploiement de vaccins et des réouvertures progressives ont permis au monde développé de dépasser le monde émergent. La différence de dynamique de croissance a naturellement entraîné des différences de pressions inflationnistes entre les deux régions, ce qui laisse penser que les réponses politiques continueront de diverger. Ce contexte offre des opportunités et des risques importants, ce qui nous incite à privilégier les actions des pays émergents au détriment du crédit de ces derniers.


 

Separate Ways (Worlds Apart)

Journey, 1983





Et Maintenant ?

La croissance des pays développés et émergents diverge

Selon nous, les prévisions du consensus, le pricing du marché et de nombreux banquiers centraux sous-estiment la force et la durabilité de la reprise, en se concentrant principalement sur les impacts directs de la réouverture économique. Cependant, les effets de la hausse de l’emploi et du retour de la consommation, toujours à la traîne, contribueront à soutenir l’expansion pendant un certain temps. C’est pourquoi nous pensons que, bien que notre Nowcaster de croissance mondiale atteigne des niveaux historiquement élevés, il restera élevé pendant un certain temps, bien au-delà de ce trimestre. Par conséquent, nous pensons que les pressions inflationnistes vont s’inscrire dans la durée et qu’il ne s’agit pas d’un régime transitoire que l’on peut simplement ignorer. En bref, les risques sont orientés à la hausse.

Sous la surface se cachent des détails importants. Tout d’abord, comme nous l’avons évoqué la semaine dernière, la reprise est généralisée à de nombreux composants et pays. Cependant, il est également clair que le monde émergent connaît une croissance plus proche de ses niveaux potentiels que le monde développé. Comme le montre la figure 1, la crise du coronavirus a frappé les pays développés beaucoup plus durement que les pays émergents. Depuis le creux de la crise, on a assisté à une reprise largement synchronisée jusqu’à il y a deux mois, lorsque le monde développé a atteint des niveaux d’activité beaucoup plus élevés.

Figure 1 : Prévisions de croissance par région

Figure 1 : Prévisions de croissance par région
Source : Unigestion, Bloomberg, au 02 juin 2021

Deux mondes, deux réponses politiques

L’un des principaux facteurs de cette divergence est la disparité des politiques monétaires : dans le monde développé, les banquiers centraux, menés par la Fed et la BCE, ont ouvert les robinets et injecté une quantité extraordinaire d’argent dans l’économie réelle et financière. La PBOC, quant à elle, s’est davantage concentrée sur les problèmes d’endettement de la Chine et a fourni des mesures de relance limitées. Comme le montre la figure 2, il existe une différence considérable dans le taux de croissance monétaire entre les États-Unis et la Chine. La figure montre également que le système bancaire parallèle, qui a contribué à soutenir la croissance chinoise par le passé, continue de se contracter à mesure que les responsables politiques restreignent la création de crédit.

Figure 2 : Croissance de la masse monétaire (variation en pourcentage d’une année sur l’autre)

Figure 2 : Croissance de la masse monétaire (variation en pourcentage d'une année sur l'autre)
Source : Unigestion, Bloomberg, au 02 juin 2021

L’inflation élevée des pays émergents reste bien inférieure à celle des pays développés

Les conséquences de ces taux de croissance disparates se traduisent par des pressions inflationnistes différentes dans les deux régions. Alors que dans le monde développé, toutes les composantes de l’inflation dépassent leurs niveaux à long terme, comme en témoigne notre Nowcaster sur l’inflation dans le monde développé, qui atteint des sommets historiques, l’inflation dans le monde émergent n’est pas encore aussi élevée (figure 3). Si l’on examine les composantes, le principal facteur de retard est clairement la demande sous-jacente dans le monde émergent. Il est important de noter que la reprise des prix des matières premières a entraîné une inflation alimentaire très élevée, ce qui ajoutera une pression à la baisse supplémentaire sur la demande.

Figure 3 : L’inflation par région (Inflation Nowcaster)

Figure 3 : L'inflation par région (Inflation Nowcaster)
Source : Unigestion, Bloomberg, au 02 juin 2021

Actions EM plus attrayantes que le crédit EM

Il convient de noter que cette divergence n’en est qu’à ses débuts et que les conditions économiques dans les pays émergents sont plutôt saines, même si elles ne sont pas aussi bonnes que dans les pays développés. Néanmoins, cette dynamique en cours a des conséquences importantes sur l’allocation d’actifs. Par exemple, nous pensons que les actions des pays émergents offrent une opportunité de risque / récompense attrayante, car elles sont restées stables depuis le début de l’année jusqu’à il y a quelques semaines et devraient bénéficier d’une amélioration de la demande mondiale et d’une diminution de l’aversion pour le risque. Si l’écart de croissance entre les régions est comblé par une reprise de la croissance des pays émergents, les actions des pays émergents en seront les principaux bénéficiaires. D’autre part, le ralentissement de la croissance des pays émergents pourrait être compensé par les autorités chinoises, qui disposent d’un large éventail d’outils pour réagir si nécessaire.

À l’inverse, les spreads de crédit EM sont à risque selon nous : avec des spreads à cinq ans proches de leurs planchers de trois ans, les prix ne peuvent guère augmenter et le carry offert est minime. En effet, notre mesure de valorisation transversale des actifs classe les spreads de crédit EM comme l’actif le plus cher de notre univers d’investissement. Dans le même temps, avec les pressions inflationnistes qui se développent aux États-Unis et dans le reste du monde développé, les taux des obligations souveraines en DM vont probablement augmenter, ce qui ajoutera des pressions monétaires sur la dette en devises fortes des pays émergents. Dans le graphique 4, nous comparons les rendements de l’indice MSCI EM à ceux d’une exposition longue au CDX EM à cinq ans sur les trois dernières périodes de hausse des taux américains à 10 ans. Comme le montre le graphique, les actions des pays émergents tendent à mieux performer dans un tel environnement, en bénéficiant de la réévaluation de la prime de croissance intégrée dans les taux obligataires.

Figure 4 : Excès de rendement annualisé pendant les périodes de hausse des rendements américains à 10 ans

Figure 4 : Excès de rendement annualisé pendant les périodes de hausse des rendements américains à 10 ans
Source : Unigestion, Bloomberg, au 02 juin 2021

Unigestion Nowcasting

World Growth Nowcaster

World Growth Nowcaster

World Inflation Nowcaster

World Inflation Nowcaster

Market Stress Nowcaster

Market Stress Nowcaster

Changement hebdomadaire

  • Notre Nowcaster de croissance mondiale a légèrement progressé la semaine dernière, principalement en raison de l’amélioration des données en Europe.
  • Notre Nowcaster de l’inflation mondiale a aussi légèrement grimpé à cause de la poursuite des pressions inflationnistes de base.
  • Les tensions sur le marché ont nettement diminué, grâce à l’amélioration des conditions de liquidité.

Sources : Unigestion. Bloomberg, au 4 juin 2021


Informations Importantes

Ce document vous est fourni à titre confidentiel et ne doit pas être distribué, publié, reproduit ou divulgué, en tout ou en partie, à toute autre personne.

Les informations et les données présentées dans ce document peuvent traiter de l’activité générale du marché ou des tendances du secteur, mais ne doivent pas être considérées comme des prévisions, des recherches ou des conseils d’investissement. Il ne s’agit pas d’une promotion financière et ne constitue pas une offre, une sollicitation ou une recommandation de quelque nature que ce soit d’investir dans les stratégies ou dans les véhicules d’investissement auxquels il fait référence. Certaines des stratégies d’investissement décrites ou évoquées dans le présent document peuvent être considérées comme des investissements à haut risque et difficilement réalisables, susceptibles de subir des pertes substantielles et soudaines, y compris la perte totale de l’investissement.

Les vues d’investissement, les opinions ou les analyses économiques et de marché exprimées dans ce document présentent le jugement d’Unigestion à la date de publication sans tenir compte de la date à laquelle vous pouvez accéder à l’information. Il n’y a aucune garantie que ces vues et opinions exprimées seront correctes et elles ne prétendent pas être une description complète des titres, marchés et développements auxquels il est fait référence. Toutes les informations fournies ici sont susceptibles d’être modifiées sans préavis. Dans la mesure où ce rapport contient des déclarations concernant l’avenir, ces déclarations sont prospectives et soumises à un certain nombre de risques et d’incertitudes, y compris, mais sans s’y limiter, l’impact des produits concurrents, les risques d’acceptation par le marché et d’autres risques.

Les données et les informations graphiques contenues dans le présent document sont fournies à titre indicatif uniquement et peuvent provenir de sources tierces. Bien que nous estimions que les informations obtenues de sources publiques et tierces sont fiables, nous ne les avons pas vérifiées de manière indépendante et nous ne pouvons donc pas garantir leur exactitude ou leur exhaustivité. En conséquence, aucune déclaration ou garantie, expresse ou implicite, n’est ou ne sera faite par Unigestion à cet égard et aucune responsabilité n’est ou ne sera acceptée. Sauf indication contraire, la source est Unigestion. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Tout investissement comporte des risques, y compris la perte totale pour l’investisseur.

Unigestion SA est autorisée et réglementée par l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA). Unigestion (UK) Ltd. est autorisée et réglementée par la Financial Conduct Authority (FCA) britannique et est enregistrée auprès de la Securities and Exchange Commission (SEC). Unigestion Asset Management (France) S.A. est autorisée et réglementée par l’Autorité des Marchés Financiers (AMF). Unigestion Asset Management (Canada) Inc, dont les bureaux sont situés à Toronto et à Montréal, est enregistrée en tant que gestionnaire de portefeuille et/ou courtier sur le marché dispensé dans neuf provinces du Canada et également en tant que gestionnaire de fonds d’investissement en Ontario et au Québec. Son principal organisme de réglementation est la Commission des valeurs mobilières de l’Ontario (CVMO). Unigestion Asset Management (Düsseldorf) SA est co-régulée par l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) et la Bundesanstalt für Finanzdienstleistungsaufsicht (BAFIN).

Unigestion Adaptive 10

Une Stratégie Global Macro


>> En savoir plus sur notre Stratégie Global Macro
>> Adaptive Strategy Profile