Points positifs à moyen terme et risques à court terme

| Multi-Actifs | Analyses Macro

Les facteurs moteurs des marchés financiers brossent un tableau assez positif pour les prochains mois : la croissance mondiale s’est fortement redressée, la politique monétaire restant accommodante en l’absence de toute pression inflationniste significative. L’impulsion budgétaire s’est estompée mais a largement contribué à soutenir l’activité économique. Dans le même temps, les bonnes nouvelles sur un vaccin potentiel contre le coronavirus laissent entrevoir une diminution de l’incertitude pour les ménages, les entreprises et les investisseurs, ce qui ne doit pas être sous-estimé. Bien que nous soyons préoccupés par la détérioration des valorisations des actifs de croissance, le nombre croissant de cas de coronavirus et les restrictions qui en découlent constituent une menace potentiellement plus imminente. Outre le suivi des statistiques de santé, nous surveillons de près notre Growth Newscaster, un indicateur rapide qui évalue les nouvelles faisant état de la croissance économique. Bien que la situation se détériore depuis le début du mois, il confirme ce que notre Growth Nowcaster observe : le risque de récession mondiale est faible, bien qu’il y ait une dispersion entre les pays.


Break the News

The Who, 2019





Et Maintenant ?

Les défis des chocs exogènes et rapides

La nature de la crise du coronavirus – un choc exogène suivi d’une forte contraction de l’économie mondiale et d’une stimulation massive – rend difficile de suivre son évolution avec les macro-données traditionnelles. Notre Growth Nowcaster, qui a démontré sa capacité à évaluer la croissance économique, révèle la problématique : lorsque le virus s’est propagé en Europe et aux États-Unis en février, les données macroéconomiques étaient encore relativement saines. En effet, notre Global Growth Nowcaster était pratiquement à zéro à la fin du mois de février, indiquant que la croissance de l’économie mondiale était conforme à sa tendance à long terme, comme elle l’a été pour la majeure partie de 2019. Lorsque les restrictions et les confinements sont entrés en vigueur début mars, les marchés se sont effondrés, mais les données macroéconomiques n’ont pas reflété l’ampleur de la contraction avant la fin du mois, à mesure que les agences de données rassemblaient leurs données. Ainsi, notre Global Growth Nowcaster a pris jusqu’au 26 mars pour mettre en évidence un risque sérieux de récession. S’il est généralement opportun de détecter le début d’une récession en moins d’un mois, la réponse budgétaire et monétaire coordonnée sans précédent annoncée à ce moment-là signifiait que la récession serait probablement de courte durée, marquant le creux du marché. Le Growth Nowcaster a continué à baisser de mars à la fin mai, et il a fallu attendre le 18 juin pour voir le risque de récession s’atténuer, alors que la stimulation se répandait dans l’économie. À ce moment-là, le MSCI ACWI avait déjà progressé de 38 % par rapport à son plus bas niveau du 23 mars.

Les données alternatives permettent de relever ces défis

Avant la pandémie, nous avions développé de nouveaux indicateurs systématiques pour suivre la croissance et l’inflation mondiales à partir de données alternatives. Nous nous sommes concentrés sur l’utilisation de données structurées extraites de reportages sur les conditions macroéconomiques, d’où le nom de « Newscasters ». Seules les nouvelles pertinentes pour la croissance ou les tendances inflationnistes d’une économie donnée sont prises en compte, et les indicateurs mondiaux, ainsi que les indices de diffusion respectifs, sont calculés de la même manière que nous construisons nos Nowcasters. Cependant, les Newscasters présentent des différences importantes : ils ne sont corrélés qu’à environ 30% avec les Nowcasters correspondants, ont une avance de deux à trois mois, mais sont également plus volatils. Il est important de noter qu’ils ont détecté des points de retournement bien avant les Nowcasters.

La crise du coronavirus a constitué un test hors échantillon clair pour ces Newscasters, et ils ont bien réagi, en particulier le Growth Newscaster. À la mi-février, le Global Growth Newscaster s’est mis en accord avec le Nowcaster : il était au niveau zéro. Mais le 28 février, il s’était rapidement détérioré, indiquant un niveau très élevé de risque de récession. L’indicateur a touché son point bas le 26 mars, puis a commencé à remonter régulièrement avec l’annonce des mesures de relance. Il est important de souligner que ces indicateurs ne sont pas conçus pour recueillir des informations sur le coronavirus, les pandémies ou tout autre problème de santé. Ils se concentrent uniquement sur les nouvelles économiques. Ainsi, la détérioration de l’indicateur et son redressement ont été basés uniquement sur des articles de presse portant sur les impacts économiques attendus du coronavirus et sur les mesures de relance qui ont suivi.

Quelles sont les dernières nouvelles ?

Comme nous l’avons précisé récemment, nous pensons que le contexte actuel est positif pour les actifs de croissance à moyen terme, mais risque d’être remis en cause à court terme par la résurgence des cas de coronavirus. Les actifs européens ont connu ces difficultés à la fin du mois d’octobre, lorsque des restrictions ont été imposées. Alors que les derniers chiffres suggèrent une stabilisation ou une amélioration dans les pays européens, les États-Unis connaissent un nombre record de nouveaux cas et le nombre de décès atteint des niveaux inégalés depuis le plus profond de la crise. La ville de New York se tourne vers les cours en ligne pour les écoles et des restrictions devraient suivre dans d’autres villes et États car le virus ne montre aucun signe de ralentissement. 26 États ont vu le nombre de cas augmenter de plus de 25 % au cours de la semaine dernière, dont le Texas (48 %), la Californie (54 %) et la Floride (40 %). Ensemble, ces trois États représentent près de 30 % du PIB américain.

Il n’est pas surprenant que notre Growth Nowcaster continue à donner une image positive : le niveau mondial est juste au-dessus de zéro, bien que l’indicateur américain soit tombé en territoire légèrement négatif récemment. Mais compte tenu de nos attentes et de notre expérience récente, nous surveillons de près notre Growth Newscaster. Jusqu’à présent, le niveau mondial reste positif (0,2), mais il s’est considérablement détérioré par rapport à son récent sommet de début novembre (1,1). Si la tendance de ces derniers mois reste positive, le revirement à court terme de ces dernières semaines mérite d’être approfondi.

Une partie de la récente détérioration est due à l’Europe, où le Newscaster est passé de 0,8 le 26 octobre à -1,0 aujourd’hui, les actualités se focalisant sur les conséquences économiques des restrictions sociales. Aux États-Unis, l’indicateur a chuté d’un récent sommet de 1,3 le 5 novembre à 0,6 aujourd’hui. Il est important de noter que la couverture médiatique ne se concentre pas uniquement sur la recrudescence du virus, mais inclut également la politique budgétaire probable d’une administration Biden, les commentaires de la Fed et les publications de données macroéconomiques. Côté positif et soutenant l’indicateur mondial, les actualités économiques en provenance de Chine restent solides : l’indicateur y oscille entre 1 et 2 depuis juillet et se situe actuellement à 1,7.

Le Newscaster reflète globalement nos vues dynamiques : une tendance positive à moyen terme, mais des risques à court terme pourraient nuire et entraîner de la volatilité dans les jours et les semaines à venir. Pour l’instant, nous préférons conserver nos vues à moyen terme tout en gérant les risques à court terme par le biais de stratégies de diversification et de stratégies optionnelles. Ces couvertures resteront en place jusqu’à ce que nous ayons des indications plus claires que l’économie mondiale se dirige vers la deuxième phase d’une récession à double « dip » ou qu’un vaccin sera bientôt administré, ce qui permettra aux économies de se normaliser.

Unigestion Nowcasting

Nowcaster de croissance mondiale

Nowcaster de croissance mondiale

Nowcaster d’inflation mondiale

Nowcaster d’inflation mondiale

Nowcaster de tensions sur le marché

Nowcaster de tensions sur le marché

Changements hebdomadaires

  • Notre « World Growth Nowcaster » a baissé la semaine dernière, les données US étant positives mais moins qu’auparavant. Le risque de récession reste faible pour l’instant.
  • Notre « World Inflation Nowcaster » a augmenté : trois des cinq composantes de notre indicateur US ont progressé la semaine dernière. Le risque d’inflation reste neutre.
  • Les tensions sur les marchés restent inchangées globalement, l’élargissement des spreads de liquidité (TED) étant compensé par la baisse des volatilités implicites.

Sources: Unigestion. Bloomberg, au 20 novembre 2020


Informations Importantes

Ce document vous est fourni à titre confidentiel et ne doit pas être distribué, publié, reproduit ou divulgué, en tout ou en partie, à une autre personne.

Les informations et les données présentées dans ce document peuvent porter sur l’activité générale du marché ou les tendances du secteur, mais ne constituent pas des prévisions, des recherches ou des conseils de placement. La présente n’est pas une promotion financière et ne constitue nullement une offre, sollicitation ou recommandation de quelque nature que ce soit, d’investir dans les stratégies ou dans les véhicules d’investissement auxquels le document fait référence. Certaines des stratégies d’investissement décrites ou auxquelles il est fait allusion dans la présente publication peuvent être interprétées comme des investissements à haut risque ou difficiles à réaliser, par ailleurs susceptibles de subir des pertes importantes et soudaines, notamment une perte totale de l’investissement.

Les points de vue en matière d’investissement, ainsi que les opinions ou analyses économiques et boursières exprimées dans le présent document représentent le jugement d’Unigestion à la date de publication, sans tenir compte de la date à laquelle vous avez accès à ces informations. Rien ne garantit l’exactitude de ces opinions, lesquelles ne prétendent pas non plus constituer une description complète des titres, des marchés et des évolutions qui y sont mentionnés. Toutes les informations fournies sont sujettes à modification sans préavis. Dans la mesure où le présent rapport contient des déclarations concernant l’avenir, ces déclarations sont de nature prospective et donc soumises à un certain nombre de risques et d’incertitudes, notamment l’impact des produits concurrents, les risques liés à l’acceptation du marché et des risques divers.

Les données et les informations graphiques contenues dans le présent document sont fournies à titre d’information uniquement et peuvent provenir de sources extérieures. Même si nous estimons que les informations obtenues de sources publiques et de tiers sont fiables, nous ne les avons pas vérifiées de manière indépendante et ne pouvons donc garantir leur exactitude ou leur exhaustivité. En conséquence, aucune déclaration ni garantie, expresse ou implicite, n’est faite ni ne sera faite par Unigestion à cet égard, et aucune responsabilité ni obligation ne saurait être assumée par Unigestion. Sauf indication contraire, la source est Unigestion. La performance passée n’est pas un indicateur de la performance future. Tout investissement comporte des risques, y compris le risque de perte totale pour l’investisseur.

Unigestion SA est réglementé et autorisé par l’Autorité fédérale suisse de surveillance des marchés financiers (FINMA). Unigestion (UK) Ltd. est réglementé et autorisé par la Financial Conduct Authority (FCA) au Royaume-Uni, et est enregistré auprès de la Securities and Exchange Commission (SEC) aux États-Unis. Unigestion Asset Management (France) S.A. est réglementé et autorisé par l’Autorité des marchés financiers en France (AMF). Unigestion Asset Management (Canada) Inc., qui possède des bureaux à Toronto et à Montréal, est inscrit comme gérant de portefeuille et/ou courtier sur le marché dispensé dans neuf provinces du Canada, et comme gérant de fonds d’investissement en Ontario et au Québec. Son organisme régulateur principal est la Commission des valeurs mobilières de l’Ontario (CVMO). Unigestion Asset Management (Copenhagen) est co-réglementé par l’Autorité des marchés financiers (AMF) et par la Danish Financial Supervisory Authority (DFSA). Unigestion Asset Management (Düsseldorf) est co-réglementé par l’Autorité des marchés financiers (AMF) et par la Bundesanstalt für Finanzdienstleistungsaufsicht (BAFIN).

Merci

Un mail de demande de confirmation va vous parvenir