Sommes-Nous Proches Des Sommets ?

Olivier Marciot
Portfolio Manager, Cross Asset Solutions

Unigestion Adaptive 10

Une Stratégie Global Macro


>> En savoir plus sur notre Stratégie Global Macro
>> Adaptive Strategy Profile

Les premières semaines de l’année ont été marquées par des bouleversements majeurs en termes de politiques monétaires des banques centrales et de mouvements des marchés. Le passage d’un environnement de « Goldilocks » à la « normalisation » a été tout sauf progressif, pesant lourdement sur le sentiment des marchés. Les investisseurs se sont efforcés de s’adapter rapidement à ce nouvel environnement, en faisant face à un nombre croissant d’incertitudes : inflation, tensions géopolitiques entre la Russie et l’Ukraine, valorisation des actifs, rotations majeures en coulisses et hausse rapide des taux. Pour l’avenir, les investisseurs devront évaluer si tous ces facteurs négatifs ont déjà été pris en compte par les marchés, ou si nous avons atteint le pic du pessimisme et que le calme reviendra bientôt.


 

Too High

Stevie Wonder, 1973





Et Maintenant ?

L’environnement macroéconomique a plafonné…

D’un point de vue macroéconomique, nous restons d’avis que l’inflation ralentira cette année et que les prévisions de resserrement sont allées trop loin, trop vite.

Tout d’abord, n’oublions pas que les niveaux très élevés d’inflation actuellement observés (et qui ont provoqué la volte-face des banques centrales) proviennent à la fois d’une demande record et de perturbations de la chaîne d’approvisionnement. La combinaison exceptionnelle d’injections massives de liquidités et de mesures de relance budgétaire après la crise Covid a provoqué un choc positif majeur au niveau de la demande (comme le montrent les chiffres de la croissance), tandis que les goulets d’étranglement persistants créés par la pandémie ont entraîné une augmentation rapide des prix des intrants. Lorsque ces éléments commenceront à s’estomper, les chiffres réels de l’inflation commenceront à reculer. Notre Nowcaster de l’inflation américaine s’est stabilisé à des niveaux élevés au cours des six derniers mois, indiquant un risque élevé d’inflation surprise (ce qui a été le cas). Cependant, il reste stable et n’augmente plus. Dans le même temps, son indice de diffusion (mesurant le pourcentage de données liées à l’inflation qui augmentent par rapport à celles qui diminuent) est tombé en dessous de 50 % (contre une moyenne de 70 % au second semestre 2021), en raison des coûts d’approvisionnement, comme le montre la figure 1.

Figure 1 : Composantes du Nowcaster de l’inflation américaine – Indice de diffusion :
fig 1
Source: Bloomberg, Unigestion au 17.02.2022.

Entre-temps, la croissance a également ralentie et se situe désormais proche de son potentiel à long terme. Ce n’est pas un problème en soi, mais cela indique qu’après une année de consommation et d’investissement record, une réduction de la demande pourrait déjà être en cours en raison de la hausse des coûts et des prix qui ronge les marges des entreprises et le pouvoir d’achat des consommateurs.

Par conséquent, nous pensons toujours que la normalisation macroéconomique est elle aussi en cours, et que l’activité économique et l’inflation devraient se calmer dans le courant de l’année. Voilà pourquoi il nous paraît aussi que les attentes actuelles des investisseurs en matière de resserrement monétaire sont allées trop loin, trop vite.

…ainsi que le discours hawkish…

La comparaison des prévisions actuelles de relèvement des taux de la Fed avec le dernier cycle de hausses permet de comprendre à quel point les attentes des investisseurs diffèrent quant à son évolution. Étant donné qu’un resserrement total de 150 points de base au cours des douze prochains mois est actuellement pricé par les contrats à terme sur les Fed funds (soit six hausses de 25 points de base), les attentes sont : 1) beaucoup plus agressives qu’indiqué par les dot plots (trois hausses en 2022 et trois hausses en 2023) ; et 2) pour un rythme de hausse beaucoup plus rapide par rapport au cycle 2016-2018 où les hausses se sont produites progressivement, sur une base trimestrielle, comme le montre la figure 2.

Figure 2 : Comparaison des attentes de hausses des taux

Source: Bloomberg, Unigestion au 17.02.2022.

La divergence s’est massivement accélérée en janvier, comme le montre la figure 3, sous l’effet des déclarations des responsables de la politique monétaire et des fortes données de l’IPC. Depuis des années, les modifications de l’orientation future sont bien annoncées entre les réunions du FOMC afin d’éviter les surprises en matière de communication susceptibles d’entraîner une instabilité financière majeure. À cet égard, la prochaine réunion (16 mars) sera déterminante pour voir dans quelle mesure les points et les projections économiques vont évoluer. En effet, les opérateurs de marché risquent de devenir plus inquiets si les prévisions de croissance réelle venaient à baisser, alors que les hausses de taux se déplacent simultanément vers le haut. Le risque d’une erreur majeure de politique monétaire augmenterait et les prix des actifs pourraient s’ajuster violemment.

Figure 3 : évolution des Fed funds à 12 et 24 mois

Source: Bloomberg, Unigestion au 17.02.2022.

Malgré la rhétorique très hawkish de James Bullard (président de la Réserve fédérale de Saint-Louis), la définition de la politique monétaire est un processus démocratique où tous les membres du comité ont un rôle à jouer. Ces derniers jours, un certain nombre de membres de la Fed ont fait part de leurs préoccupations : agir trop rapidement pour lutter contre l’inflation pourrait entraver les perspectives de croissance, et la banque centrale américaine doit trouver le bon équilibre, rester dépendante des données et agir progressivement. Nous pensons donc qu’au vu du contexte macroéconomique actuel et de sa dynamique récente, un pic de « hawkishness » a peut-être été atteint, du moins pour le moment.

…mais le sentiment a faibli

Ces changements rapides dans les attentes monétaires ont eu un impact sur le sentiment des investisseurs, le deleveraging se produisant dans la plupart des classes d’actifs sous la forme d’un choc de corrélation (lorsque les principales primes de risque chutent ensemble). La volatilité implicite a fortement augmenté en conséquence, les investisseurs se précipitant vers des couvertures à court et moyen terme contre une correction prolongée des marchés actions. Les courbes de volatilité sont passées de leur contango traditionnel à la backwardation, indiquant une très grande sensibilité aux événements à court terme, comme le montre la figure 4. Les niveaux actuels de volatilité impliquent des mouvements quotidiens moyens supérieurs à 1,5 %, ce qui est bien supérieur à la volatilité réelle, malgré l’instabilité récente des marchés.

Figure 4 : Volatilité implicite – S&P500

Source: Bloomberg, Unigestion au 17.02.2022.

D’autre part, l’appétit pour le risque est en baisse depuis la fin du mois de novembre dernier, et se situe désormais à l’extrême pessimisme ou en est proche, comme le montre la figure 5. Ainsi, même s’il est peut-être trop tôt pour parler d’un creux de marché compte tenu des incertitudes entourant les évolutions macroéconomiques, la politique monétaire et les questions géopolitiques, il s’agit d’un facteur constructif à moyen terme.

Figure 5 : Indicateur de complaisance – S&P 500

Source: Bloomberg, Unigestion au 17.02.2022.

Conclusion

La période « Goldilocks » est désormais révolue pour de bon, laissant place à une transition brutale vers la « normalisation » qui oblige les investisseurs à ajuster leurs allocations d’actifs. Après des années d’excellents rendements sur les marchés, le retour à la normale signifie un contexte économique moins rose et des performances attendues plus faibles. Pourtant, cela ne signifie pas qu’il n’y aura pas d’opportunités. Tant que la croissance réelle reste positive et que les banques centrales parviennent à éviter une erreur majeure, nous pensons que les marchés ont déjà pris des mesures importantes pour s’adapter à ce nouvel environnement. Il faudra faire preuve d’agilité pour naviguer dans cette dynamique de marché plus perturbée et moins linéaire.

Unigestion Nowcasting

World Growth Nowcaster

World Inflation Nowcaster

Market Stress Nowcaster

Changements hebdomadaires

  • La semaine dernière, notre Nowcaster de croissance mondiale a légèrement baissé, l’économie américaine continuant de ralentir et les prévisions de production au Canada et au Royaume-Uni ayant également diminué.
  • Notre Nowcaster de l’inflation mondiale a légèrement augmenté, surtout en raison de pressions inflationnistes plus fortes aux États-Unis et en Chine.
  • Les tensions sur le marché se sont accrues la semaine dernière en raison de la détérioration de la liquidité, la volatilité restant élevée et les spreads larges.

Sources : Unigestion, Bloomberg, au 21 février 2022.


Informations Importantes

Ce document vous est fourni à titre confidentiel et ne doit pas être distribué, publié, reproduit ou divulgué, en tout ou en partie, à toute autre personne.

Les informations et les données présentées dans ce document peuvent traiter de l’activité générale du marché ou des tendances du secteur, mais ne doivent pas être considérées comme des prévisions, des recherches ou des conseils d’investissement. Il ne s’agit pas d’une promotion financière et ne constitue pas une offre, une sollicitation ou une recommandation de quelque nature que ce soit d’investir dans les stratégies ou dans les véhicules d’investissement auxquels il fait référence. Certaines des stratégies d’investissement décrites ou évoquées dans le présent document peuvent être considérées comme des investissements à haut risque et difficilement réalisables, susceptibles de subir des pertes substantielles et soudaines, y compris la perte totale de l’investissement.

Les vues d’investissement, les opinions ou les analyses économiques et de marché exprimées dans ce document présentent le jugement d’Unigestion à la date de publication sans tenir compte de la date à laquelle vous pouvez accéder à l’information. Il n’y a aucune garantie que ces vues et opinions exprimées seront correctes et elles ne prétendent pas être une description complète des titres, marchés et développements auxquels il est fait référence. Toutes les informations fournies ici sont susceptibles d’être modifiées sans préavis. Dans la mesure où ce rapport contient des déclarations concernant l’avenir, ces déclarations sont prospectives et soumises à un certain nombre de risques et d’incertitudes, y compris, mais sans s’y limiter, l’impact des produits concurrents, les risques d’acceptation par le marché et d’autres risques.

Les données et les informations graphiques contenues dans le présent document sont fournies à titre indicatif uniquement et peuvent provenir de sources tierces. Bien que nous estimions que les informations obtenues de sources publiques et tierces sont fiables, nous ne les avons pas vérifiées de manière indépendante et nous ne pouvons donc pas garantir leur exactitude ou leur exhaustivité. En conséquence, aucune déclaration ou garantie, expresse ou implicite, n’est ou ne sera faite par Unigestion à cet égard et aucune responsabilité n’est ou ne sera acceptée. Sauf indication contraire, la source est Unigestion. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Tout investissement comporte des risques, y compris la perte totale pour l’investisseur.

Unigestion SA est autorisée et réglementée par l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA). Unigestion (UK) Ltd. est autorisée et réglementée par la Financial Conduct Authority (FCA) britannique et est enregistrée auprès de la Securities and Exchange Commission (SEC). Unigestion Asset Management (France) S.A. est autorisée et réglementée par l’Autorité des Marchés Financiers (AMF). Unigestion Asset Management (Canada) Inc, dont les bureaux sont situés à Toronto et à Montréal, est enregistrée en tant que gestionnaire de portefeuille et/ou courtier sur le marché dispensé dans neuf provinces du Canada et également en tant que gestionnaire de fonds d’investissement en Ontario et au Québec. Son principal organisme de réglementation est la Commission des valeurs mobilières de l’Ontario (CVMO). Unigestion Asset Management (Düsseldorf) SA est co-régulée par l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) et la Bundesanstalt für Finanzdienstleistungsaufsicht (BAFIN)

Unigestion Adaptive 10

Une Stratégie Global Macro


>> En savoir plus sur notre Stratégie Global Macro
>> Adaptive Strategy Profile