Actionnariat actif

Vote par procuration

Nous croyons en l’importance d’être un actionnaire actif. À ce titre, nous exerçons les droits de vote de nos clients dans le cadre d’un accord d’externalisation avec ISS, un spécialiste du vote par procuration. Le vote par procuration d’Unigestion est basé sur une politique adaptée, fondée sur la politique internationale de vote par procuration durable d’ISS, qui inclut des améliorations visant à respecter des règles plus strictes pour les entreprises basées aux États-Unis, ainsi que l’intégration des services de vote climatique d’ISS, qui utilisent leur Climate Scorecard.

En 2019, Unigestion a voté à 95,47%* des réunions et sur 10 329* points au cours de l’année. Nous avons voté contre la direction dans 8, 24 % des cas. Parmi ces votes contre la direction, nous nous sommes ralliés à la majorité des propositions d’actionnaires dans les domaines de la santé et de l’environnement, des droits de l’homme et des thématiques sociales.

98.12%

Unigestion votes

9,657

Items voted

2021

Source: Unigestion

Engagement Direct

Les candidats à l’engagement sont sélectionnés en fonction de la matérialité financière, des questions émergeant de l’AGA, des controverses importantes, de l’analyse quantitative ESG ou des questions qualitatives ESG ou SDG identifiées par les analystes.

Grâce à nos engagements directs avec les entreprises que nous possédons, nous pouvons faire part de nos préoccupations à la direction tout en l’aidant à identifier et à traiter les risques ESG importants. Cette démarche est tout à fait conforme à notre ADN d’investisseur.

Alexei Jourovski, Responsable de l’équipe Actions

Nous avons quatre catalyseurs d’engagement :

I. Engagements basés sur l’AGM

Nous nous engageons avec les sociétés de notre portefeuille sur une variété de questions les plus pertinentes pour les investisseurs :

  • Sujets environnementaux
  • Changement climatique
  • Droits de l’homme
  • Droits du travail
  • Santé et sécurité publiques
  • L’éthique des affaires
  • Gouvernance d’entreprise

II. Engagements ESG ou de controverse

Dans le cadre de notre processus d’intégration ESG, nous avons défini et incorporé des règles de surveillance afin d’identifier les sociétés cotées que nous détenons en portefeuille et qui sont impliquées dans des incidents significatifs pouvant avoir un impact négatif sur les parties prenantes, l’environnement ou les opérations de la société, communément appelés controverses.

III. Engagement thématique

La responsabilité des entreprises à l’égard des objectifs de développement durable (ODD) fait partie d’une étude qualitative réalisée par les analystes. Depuis quelques années, l’ODD13 – Action pour le climat – est un thème primordial à prendre en compte pour tous nos engagements. En tant que tel, nous nous adresserons directement et en collaboration aux entreprises cotées en bourse et aux entreprises privées bénéficiaires d’investissements sur des émetteurs tels que leurs engagements Net Zero et l’Accord de Paris, ainsi que leurs empreintes carbone.

IV. Demandes spécifiques du client ou exigences particulières

Enfin, certains clients et portefeuilles nécessitent des engagements spécifiques afin d’atteindre leurs objectifs de gestion. De même, pour certains de nos fonds labellisés ISR, nous avons prédéfini certains objectifs qui peuvent nécessiter des engagements spécifiques dans le temps.

Nestlé

Nous avons poursuivi notre engagement direct pluriannuel avec Nestlé, qui est une participation importante dans un certain nombre de nos portefeuilles. Nous avons initialement fait part de nos préoccupations en 2020 concernant la situation à laquelle l’entreprise est confrontée en termes d’incidents sociaux dans la chaîne d’approvisionnement. Nous comprenons que l’entreprise a développé des programmes pour traiter les problèmes de droits de l’homme dans sa chaîne d’approvisionnement, cependant, nos recherches montrent que l’entreprise continue à faire face à des problèmes persistants de travail et de droits de l’homme dans les plantations d’huile de palme et de cacao de ses fournisseurs, y compris des cas de travail des enfants.

Nous avons ensuite participé à une session coordonnée par le Pacte mondial des Nations unies en octobre 2021, qui a examiné la situation du travail des enfants au sein de la chaîne d’approvisionnement agricole, en mettant l’accent sur le cacao et le café. On estime qu’il y a plus de 1,5 million d’enfants travailleurs dans le cacao en Côte d’Ivoire et au Ghana seulement. D’ici 2020, les systèmes de protection des enfants soutenus par l’industrie devraient couvrir 25% de la chaîne d’approvisionnement du cacao en Côte d’Ivoire et au Ghana. Nestlé collabore avec les communautés pour briser le cycle du travail des enfants grâce à son système de surveillance et de remédiation du travail des enfants.

Le 12 novembre 2021, nous avons à nouveau rencontré Darrel High, responsable du plan mondial pour le cacao chez Nestlé. Sur le thème du travail des enfants, Darrell a expliqué le projet Cocoa Plan et la manière dont il aide les enfants à avoir une vie meilleure, tout en essayant d’atteindre le taux de réussite attendu. Nous avons demandé ce que signifie le statut « prolongé » dans leurs rapports d’avancement. Ils ont expliqué qu’ils ont décidé de prolonger les délais pour certains objectifs qui n’ont pas été atteints en 2020. Afin de proposer de nouveaux projets réalistes, ces projets ont été prolongés pour avoir des résultats plus efficaces et plus impactants. Nous surveillerons de près toute  » extension  » supplémentaire, car il s’agit d’un signal d’alarme potentiel. Le principal indicateur clé de performance convenu est que 95 % du cacao provienne du Plan Cacao de Nestlé d’ici 2025, alors qu’ils étaient à 46,5 % à la fin de 2020, avec peu d’amélioration au cours des trois dernières années. Nous avons convenu de discuter de leurs progrès lors de la prochaine publication de leur rapport sur le plan cacao.

Engagement collaboratif

Avec 545 autres signataires représentant 52 000 milliards de dollars d’investissements, nous participons à l’initiative Climate Action 100+. Ce projet de cinq ans, mené par des gestionnaires et des propriétaires d’actifs, vise à engager avec 167 des plus grandes entreprises émettrices de gaz à effet de serre au monde afin de réduire les émissions, de renforcer la divulgation financière liée au climat et d’améliorer la gouvernance sur le changement climatique. Dans ce contexte, nous avons entendu le PDG de Royal Dutch Shell, qui a publié une déclaration commune s’engageant à une série d’initiatives climatiques de premier plan dans l’industrie, y compris des objectifs de réduction de carbone tenant compte des émissions de type 3. Ils ont également entrepris un examen des groupes de lobbying qu’ils soutiennent afin de s’assurer qu’ils ne sont pas membres d’associations industrielles qui s’opposent à des politiques climatiques positives. Ce mouvement visant à approfondir les efforts de lobbying des entreprises est une tendance que nous suivrons de près en 2020.

Afin de poursuivre notre travail sur Climate Action 100+, nous participons également au PRI-lead Oil & Gas Collaborative Engagement. Avec 125 signataires représentant environ 6,3 billions de dollars d’investissements, nous engageons avec des entreprises actives dans l’industrie pétrolière et gazière.

Conformément à notre engagement à soutenir l’Objectif de Développement Durable 13 sur le climat, nous avons également signé récemment le PRI’s Investor Expectations Statement on Climate Change for Airlines and Aerospace Companies.

Plastic Solutions Investor Alliance

En 2020, nous avons rejoint la Plastic Solutions Investor Alliance, une coalition internationale regroupant plus de 45 investisseurs qui s’engage auprès des entreprises de biens de consommation cotées en bourse sur la menace posée par les déchets plastiques et la pollution.

Un développement récent inquiétant a été la publication par la SEC de projets de règles qui, si elles étaient adoptées, auraient un impact important sur la capacité des sociétés de vote par procuration, telles que ISS, à mener leurs activités. Nous nous appuyons largement sur leurs analyses et recommandations impartiales sur les questions d’entreprise, puisque nous votons sur plus de 10 000 points par an. Nous, ainsi qu’un certain nombre de signataires des PRI, avons envoyé une lettre à la SEC pour soutenir la valeur que les sociétés de vote par procuration apportent au secteur.