Notre site Internet se sert de cookies afin de rendre son utilisation plus agréable. En continuant à y naviguer, vous acceptez l’utilisation de cookies. Pour plus d’informations, vous pouvez lire notre politique relative aux cookies.

J'accepte

Publications

Fidèles à la volonté d’Unigestion de partager et de discuter ensemble des idées dont naîtront les débats et les innovations de la gestion d’actifs de demain, nous vous donnons accès à nos réflexions sur les marchés et les thèmes d’investissement du moment à travers nos Special Reports, Perspectives et Articles de Recherche. Inscrivez-vous pour recevoir nos dernières actualités:

Je m’abonne

“Man in the Mirror” – Michael Jackson, 1988

Au cours d’une année où la plupart des actifs financiers a affiché des rendements négatifs, le dollar américain s’est démarqué. En août, nous avons partagé avec vous les facteurs qui ont contribué à sa hausse et exprimé notre point de vue sur sa stabilisation par rapport aux monnaies du G10. En effet, l’indice DXY est resté globalement inchangé jusqu’à la mi-octobre, lorsque la résurgence des tensions sur les marchés a encore fait monter le cours de cette devise, vue comme une « valeur refuge ». Ainsi et à bien des égards, le dollar américain a été en 2018 le reflet de la dynamique macroéconomique et des sources de risque clé. À l’horizon 2019, il est naturel de commencer par « l’homme dans le miroir », en se demandant ce qui va changer pour cette devise l’année prochaine.


Perspectives

“Riders on the storm” – The Doors, 1971

L’année 2018 s’est avérée être une année de transition qui pourrait se résumer en un « au revoir croissance modérée, bonjour volatilité ». Il est probable que le climat devienne plus délicat l’année prochaine, les facteurs positifs hérités de la période « Boucles d’or » de croissance modérée devenant des obstacles pour les actifs orientés « croissance »: pour la première fois depuis la Grande Crise Financière, le bilan des banques centrales se réduira, bousculant les habitudes des investisseurs qui devront apprendre à vivre sans l’assouplissement quantitatif. De plus, cette normalisation de la politique monétaire ira de pair avec une stabilisation de la croissance mondiale à un niveau légèrement inférieur à son potentiel après des années d’amélioration conjoncturelle. Cela soulèvera la question de l’âge du cycle et du pic de la profitabilité des entreprises. Bien que nous ne prévoyions pas de récession au cours des prochains trimestres, le curseur de notre balance des risques pour 2019 s’est clairement déplacé pour montrer un risque de baisse. Nous préparons donc nos portefeuilles à « affronter la tempête ».


Perspectives

Big things have small beginnings

Small and Mid-market Private Equity – A Source of Hidden Gems

  1. Small and mid-market companies represent a key part of the overall economy and are a hothouse for tomorrow’s leaders
  2. It is at the small end of the market, rather than among the biggest companies, that private equity deals with the highest return potential are to be found1
  3. Attractive valuations, low leverage and multiple ways to create value lead to compelling investment opportunities
  4. Given the breadth of the opportunity, and to avoid the common pitfalls, it is important to partner with local investment specialists who are best placed to source, analyse and invest in the most attractive deals
  5. A smart portfolio of direct investments should be diversified across regions and sectors and exposed to the most attractive long-term trends


Perspectives

OUTLOOK 2019

  1. In 2019, we anticipate a more challenging environment for investors
  2. With a synchronisation of tightening from central banks, investors will have to get used to a world without quantitative easing
  3. 2019 will be a time for adjustment in terms of economic growth, corporate profitability and expected investment returns


Perspectives

“When the music’s over” – The doors, 1967

La diversification est un pilier essentiel des stratégies multi-actifs. Historiquement, une faible corrélation entre les classes d’actifs a largement contribué à atténuer la volatilité et à augmenter les ratios de Sharpe de ce type de portefeuilles. La corrélation la plus connue est celle entre les actions et les obligations souveraines, qui a été négative au cours des deux dernières décennies, permettant ainsi à de nombreuses stratégies multi-actifs de générer des rendements similaires à ceux des actions mais avec la moitié du risque. Nous pensons que cette relation changera en 2019 car la normalisation de la politique monétaire est enclenchée et va s’amplifier. De ce fait, «lorsque la musique s’arrête», en cas de baisse des marchés actions, la protection offerte par les obligations souveraines tend à être moins efficace. Il est donc important d’innover et d’identifier de nouvelles stratégies de couverture.


Feedback FR