La Croissance Des Salaires Est Decisive Dans Le Contexte Actuel

Salman Baig
Portfolio Manager, Cross Asset Solutions

Unigestion Adaptive 10

Une Stratégie Global Macro


>> En savoir plus sur notre Stratégie Global Macro
>> Adaptive Strategy Profile

Notre scénario central pour 2022 prévoyait une normalisation : un ralentissement de la croissance économique vers ses niveaux potentiels, qui, associé à un assouplissement des chaînes d’approvisionnement, permettrait à l’inflation de ralentir également. Si la première tendance macroéconomique s’est confirmée, la seconde a été, au mieux, différée ou, au pire, déraillée. Les conditions de croissance se sont sensiblement normalisées, mais l’association du conflit Russie/Ukraine et de nouveaux confinements de Covid en Chine a encore perturbé les chaînes d’approvisionnement et fait grimper les prix de divers produits de base, soutenant ainsi le niveau d’inflation. La façon dont ces forces divergentes se réconcilient et leur rythme seront les moteurs des marchés financiers dans les mois à venir : les banques centrales parviendront-elles à contenir l’inflation tout en évitant un atterrissage brutal ? Ou bien l’esprit inflationniste régnera-t-il en maître ?


 

It’s Good To Be King

Tom Petty, 1994





Et Maintenant ?

La croissance stagne

Après des mesures de relance budgétaire et monétaire exceptionnelles en réponse à la pandémie et aux confinements qui ont suivi, un ralentissement de la croissance mondiale ne devrait surprendre personne. Il est important de noter que la plupart des mesures de relance – paiements directs aux ménages et aux entreprises – semblent avoir déjà été répercutées sur l’économie, les taux d’épargne des ménages américains et européens étant revenus à leur niveau d’avant la pandémie. Dans le même temps, la croissance des salaires réels aux États-Unis et dans la zone euro est négative depuis près d’un an (figure 1), les augmentations des salaires nominaux n’ayant pas suivi l’inflation.

Figure 1 : Croissance des salaires réels (%)

Source : Bloomberg, Unigestion, au 7 avril 2022

Dans un contexte de baisse des revenus réels et de détérioration de l’épargne, il n’est pas surprenant que les dépenses réelles aient considérablement ralenti. La figure 2 présente les variations mensuelles des ventes au détail réelles aux États-Unis, en Allemagne et en Chine, et montre à quel point la croissance des volumes de ventes a chuté.

Figure 2 : Ventes au détail réelles d’un mois à l’autre (moyenne mobile sur 3 mois, %)

Source : Bloomberg, Unigestion, au 7 avril 202

Le secteur des entreprises connaît logiquement un net ralentissement en raison de la baisse de la demande. Les indices PMI ont fortement baissé, comme le montre la figure 3. L’impact des confinements en Chine est particulièrement marqué, les PMI inférieurs à 50 indiquant une contraction de l’économie.

Figure 3 : PMI composites des États-Unis et de la Chine

Source : Bloomberg, Unigestion, au 7 avril 2022

Face-à-face entre employeurs et employés

Le ralentissement de la demande aurait normalement limité les pressions sur les prix, mais suite à de nouvelles perturbations des chaînes d’approvisionnement liées à l’invasion de l’Ukraine par la Russie et aux confinements en Chine, les prix des matières premières ont continué à grimper fortement. Toutefois, il est important de noter que la croissance des prix a été largement constante, ce qui devrait stabiliser le tableau général de l’inflation. Il faut aussi rappeler que l’inflation est en soi une mesure rétrospective, reflétant l’évolution des prix au cours de l’année écoulée. Elle n’indique pas leur évolution probable à l’avenir, ce qui est primordial pour les investisseurs. Pour l’avenir, l’évolution de l’inflation sera probablement déterminée par la réaction des salaires à la hausse des prix dans l’économie au sens large. L’étroitesse des marchés du travail (voir graphique 4) s’est traduite par une hausse des salaires nominaux, qui n’ont toutefois pas pu suivre le rythme de l’inflation.

Figure 4: Taux de chômage

Source : Bloomberg, Unigestion, au 7 avril 2022

Les années 1970 occupent une place prépondérante dans l’esprit de nombreux investisseurs, compte tenu du contexte actuel, lorsqu’un état d’esprit inflationniste s’est installé, suite au choc pétrolier de 1973. Les salariés ont demandé des salaires nominaux de plus en plus élevés, alors même que leurs salaires réels diminuaient, ce qui a entraîné une baisse de la demande réelle et par conséquent la fameuse stagflation. Les anticipations d’inflation ont sensiblement augmenté au cours de l’année dernière, mais comme le montre la figure 5, elles n’ont pas encore atteint les niveaux observés au plus fort de la crise des années 1970. Il est important de noter que les prévisions d’inflation à long terme sont conformes aux taux d’avant la crise financière mondiale, ce qui suggère qu’un état d’esprit inflationniste durable ne s’est pas encore concrétisé. Les décisions individuelles que prendront les employés et les employeurs au cours des prochains mois détermineront en fin de compte si la période inflationniste actuelle s’atténuera relativement vite ou si elle se prolongera dans les années à venir dans une spirale vicieuse des prix et des salaires.

Figure 5 : Enquête de l’Université du Michigan sur les attentes en matière d’inflation

Source : Bloomberg, Unigestion, au 7 avril 2022

Rester prudent

Après un début d’année mouvementé, les prochains mois devraient permettre aux investisseurs de mieux comprendre le caractère durable de l’environnement inflationniste actuel et la réaction de la politique monétaire qui en découle. La question clé sera de savoir dans quelle mesure les banques centrales pourront augmenter les taux réels pour maîtriser l’inflation sans déclencher de récession, ou si un état d’esprit inflationniste s’installe et pousse les salaires et les anticipations d’inflation à la hausse, maintenant ainsi les taux réels à un niveau bas. Les marchés s’attendent à ce que les banques centrales comme la Fed parviennent à éviter un « atterrissage brutal », tâche difficile à tout moment, et encore plus pendant un conflit géopolitique majeur. Du point de vue de l’allocation d’actifs, avec des niveaux d’incertitude aussi élevés, nous préférons maintenir un risque modéré et une exposition sélective : les sous-pondérations en obligations et les surpondérations en actions et en actifs réels sont modestes et orientées vers les marchés qui, selon nous, résisteront le mieux aux risques de la politique monétaire et de la géopolitique.

Unigestion Nowcasting

World Growth Nowcaster

World Inflation Nowcaster

Market Stress Nowcaster

Changements hebdomadaires

  • Le Nowcaster de croissance mondiale a progressé la semaine dernière, les données US révélant une meilleure situation économique.
  • Notre Nowcaster de l’inflation mondiale est resté stable, les pressions inflationnistes restant globalement élevées et stables.
  • Les tensions sur le marché ont légèrement diminué grâce à l’amélioration des conditions de liquidité.

Sources : Unigestion, Bloomberg, au 8 avril 2022.


Informations Importantes

Ce document vous est fourni à titre confidentiel et ne doit pas être distribué, publié, reproduit ou divulgué, en tout ou en partie, à toute autre personne.

Les informations et les données présentées dans ce document peuvent traiter de l’activité générale du marché ou des tendances du secteur, mais ne doivent pas être considérées comme des prévisions, des recherches ou des conseils d’investissement. Il ne s’agit pas d’une promotion financière et ne constitue pas une offre, une sollicitation ou une recommandation de quelque nature que ce soit d’investir dans les stratégies ou dans les véhicules d’investissement auxquels il fait référence. Certaines des stratégies d’investissement décrites ou évoquées dans le présent document peuvent être considérées comme des investissements à haut risque et difficilement réalisables, susceptibles de subir des pertes substantielles et soudaines, y compris la perte totale de l’investissement.

Les vues d’investissement, les opinions ou les analyses économiques et de marché exprimées dans ce document présentent le jugement d’Unigestion à la date de publication sans tenir compte de la date à laquelle vous pouvez accéder à l’information. Il n’y a aucune garantie que ces vues et opinions exprimées seront correctes et elles ne prétendent pas être une description complète des titres, marchés et développements auxquels il est fait référence. Toutes les informations fournies ici sont susceptibles d’être modifiées sans préavis. Dans la mesure où ce rapport contient des déclarations concernant l’avenir, ces déclarations sont prospectives et soumises à un certain nombre de risques et d’incertitudes, y compris, mais sans s’y limiter, l’impact des produits concurrents, les risques d’acceptation par le marché et d’autres risques.

Les données et les informations graphiques contenues dans le présent document sont fournies à titre indicatif uniquement et peuvent provenir de sources tierces. Bien que nous estimions que les informations obtenues de sources publiques et tierces sont fiables, nous ne les avons pas vérifiées de manière indépendante et nous ne pouvons donc pas garantir leur exactitude ou leur exhaustivité. En conséquence, aucune déclaration ou garantie, expresse ou implicite, n’est ou ne sera faite par Unigestion à cet égard et aucune responsabilité n’est ou ne sera acceptée. Sauf indication contraire, la source est Unigestion. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. Tout investissement comporte des risques, y compris la perte totale pour l’investisseur.

Unigestion SA est autorisée et réglementée par l’Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA). Unigestion (UK) Ltd. est autorisée et réglementée par la Financial Conduct Authority (FCA) britannique et est enregistrée auprès de la Securities and Exchange Commission (SEC). Unigestion Asset Management (France) S.A. est autorisée et réglementée par l’Autorité des Marchés Financiers (AMF). Unigestion Asset Management (Canada) Inc, dont les bureaux sont situés à Toronto et à Montréal, est enregistrée en tant que gestionnaire de portefeuille et/ou courtier sur le marché dispensé dans neuf provinces du Canada et également en tant que gestionnaire de fonds d’investissement en Ontario et au Québec. Son principal organisme de réglementation est la Commission des valeurs mobilières de l’Ontario (CVMO). Unigestion Asset Management (Düsseldorf) SA est co-régulée par l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) et la Bundesanstalt für Finanzdienstleistungsaufsicht (BAFIN)

Unigestion Adaptive 10

Une Stratégie Global Macro


>> En savoir plus sur notre Stratégie Global Macro
>> Adaptive Strategy Profile